Urticaire ou de l’oedème de Quincke , quand faire un bilan ?

 

Les urticaires et œdèmes de Quincke partagent les mêmes causes. Un bilan simple est toujours nécessaire, les examens complémentaires ne sont utiles que dans quelques situations.

 

S’il s’agit d’une première poussée un bilan simple suffit.

Lors d’une première poussée d’urticaire ou d’œdème de Quincke, le bilan doit être simple. Il repose avant tout sur l’interrogatoire et l’examen clinique de l’enfant. S’il n’existe pas d’éléments qui orientent le médecin vers une cause particulière, il prescira un traitement (antihistaminiques notamment) jusqu’à la disparition des signes.

Si l’interrogatoire donne des pistes, il faut aller plus loin dans le bilan

Même lors d’une première poussée d’urticaire ou d’œdème de Quincke, si l’interrogatoire pointe un phénomène qui serait le déclencheur de l’urticaire, il convient alors de poursuivre les examens. Par exemple si l’urticaire (ou l’œdème de Quincke) survient immédiatement après la prise de cacahuète, il faut vérifier si cette première poussée d’urticaire est provoquée par une allergie.

Si les épisodes se répètent un bilan plus poussé est nécessaire

Une exploration est le plus souvent recommandée quand les épisodes aigus se répètent et lorsque l’urticaire ou l’œdème de Quincke sont récidivants (reviennent régulièrement) ou chroniques (sont toujours présents). Les facteurs à l’origine de ces signes sont multiples, et parfois chez un même enfant plusieurs causes peuvent coexister.

Le bilan

Comme toujours en allergologie le plus important dans le bilan est l’interrogatoire fait par le médecin. Néanmoins pour s’orienter, dans le bilan des urticaires et œdèmes de Quincke récidivants ou chroniques, il s’aidera d’examens. Tout d’abord des tests cutanés seront pratiqués. Une prise de sang est aussi souvent prescrite (elle sera indolore si on applique une pommade anesthésiante une heure avant le prélèvement). Cette première étape du bilan peut être suffisante pour trouver l’agent responsable. Dans certains cas, il faut réaliser d’autres examens ou demander l’aide d’une diététicienne pour faire une enquête alimentaire.

Quand la machine s’emballe

Parfois, la « machine » urticaire ou œdème de Quincke semble s’emballer. L’urticaire ou l’œdème de Quincke apparaissent par exemple à la suite d’une infection digestive (une gastro-entérite par exemple). Puis des facteurs qui n’auraient pas déclenché une urticaire ou un œdème de Quincke si l’enfant allait bien vont alors entraîner de nouvelles poussées (voir question 26, 27). Ce phénomène d’emballement justifie, quand les signes traînent, la prescription d’un traitement par antihistaminique pendant une durée prolongée afin de mettre la « machine » au repos. Le plus souvent cela est suffisant pour que l’urticaire ou l’œdème de Quincke ne reviennent pas.

 

Publié le 15 avril 2013 - Mis à jour le 15 avril 2013