Allergies, traitements et prévention

Pour être efficace, la prise en charge doit être globale. Prévention primaire de l’allergie
L’avenir de l’allergologie pédiatrique est probablement dans la prévention primaire de l’allergie chez les enfants « à risque ». Cette prévention primaire n’en est qu’à ses balbutiements. Elle repose sur un certain nombre de mesures :

  • diminution de la charge en pneumallergènes dans l’environnement,
  • choix d’une alimentation qui limite ou retarde le développement des manifestations allergiques,
  • limitation des polluants (arrêt du tabagisme passif surtout),

Contrôle de l’environnement

  • Principe : limiter au maximum, quand cela est réalisable, les contacts avec les allergènes déclenchants identifiés par l’enquête allergologique.
  • Lutte contre les acariens :
    • aération de la chambre,
    • limitation du chauffage à 18-20°,
    • emploi d’un sommier métallique ou en latte de bois,
    • utilisation d’une literie synthétique, avec au mieux des housses imperméables aux acariens qui enveloppent matelas et oreillers.
  • Lutte contre les phanères d’animaux :
    • séparation de l’animal. Ceci n’est pas toujours pratiquement et psychologiquement possible,
    • proposer alors de laver l’animal chaque semaine (mesure qui a fait la preuve de son efficacité pour le chat) et d’interdire sa présence dans la chambre de l’enfant.
  • Limiter les co-facteurs déclenchant des manifestations :
    • tabagisme passif chez le petit,
    • tabagisme actif chez l’adolescent,
    • utilisation d’aérosol (produits ménager, laques …).

L’éducation

L’éducation du patient et de son entourage est un élément fondamental de la prise en charge, tout particulièrement en cas d’asthme. Il faut bien évidement délivrer des informations, mais surtout s’assurer que ces informations sont utilisées à bon escient, c’est la formation du patient et de sa famille (voir le texte plus complet sur le sujet).

Traitement médicamenteux

Quelque soit la manifestation allergique l’enfant a toujours besoin d’un traitement médicamenteux à utiliser au coup par coup lors des situations de forte exposition allergénique ou lors de la survenue de manifestation. Certains enfants allergiques, et tout particulièrement ceux présentant une pathologie respiratoire, peuvent avoir besoin d’un traitement préventif quotidien. Ils reposent essentiellement sur les antihistaminiques pour les manifestations ORL et oculaires, et sur les différents anti-inflammatoires pour l’ashtme.

Désensibilisation

La désensibilisation est réservée à quelques enfants allergiques, quand la composante allergique de leurs manifestations domine, quand il existe un allergène dominant bien identifié, quand l’éviction de l’allergène est impossible, quand la charge thérapeutique pour contrôler les signes est lourde. Il faut alors utiliser des allergènes et des schémas de désensibilisation qui ont fait la preuve de leur efficacité dans des études contrôlées.

Peut-on prendre un antihistaminique toute sa vie ?

Les antihistaminiques sont des médicaments qui luttent contre les effets de l’histamine. L’histamine est un produit libéré par les cellules de l’allergie (principalement les mastocytes), au moment où la personne allergique est en contact avec l’allergène auquel elle est sensible. Les médicaments antihistaminiques se prennent par la bouche (sirop, gouttes ou comprimés) ou en traitement local (gouttes dans les yeux ou le nez). Les antihistaminiques sont surtout efficaces dans le traitement des manifestations ORL (rhinites, laryngites allergiques) et ophtalmologique (conjonctivites). Ils sont aussi utiles dans le traitement des urticaires et lors des poussées d’eczéma. Les antihistaminiques dans le traitement de l’asthme sont surtout donnés pour améliorer les signes ORL car, en traitant le nez, on protége les bronches. Pour ne pas être gêné par les signes de l’allergie, il est parfois nécessaire de prendre tous les jours des antihistaminiques. Mais, généralement, une prise en charge globale de la maladie allergique, permet de ne pas en avoir besoin toute sa vie.

Allergologie : des progrès considérables

Des progrès considérables ont lieu chaque année en allergologie. Des manifestations qui étaient dans le passé mals contrôlées, sont actuellement bien prises en charge par les nouveaux traitements. Il ne faut pas subir son allergie, mais la traiter avec des moyens efficaces.

Publié le 15 avril 2013 - Mis à jour le 6 décembre 2016