Test d’allergie positif, est ce vraiment de l’allergie ?

 

Quand un test cutané ou sanguin d’allergie est positif, les parents sont souvent inquiets. Cependant un test positif ne signifie nullement que l’enfant va être malade.

 

Test d’allergie positif, sensibilisation ou allergie ?

Prouver que les allergènes sont à l’origine des manifestations allergiques repose avant tout sur l’interrogatoire et, dans les cas difficiles, sur les tests de provocation. Des examens complémentaires aussi sophistiqués soient-ils n’ont qu’un rôle d’appoint pour confirmer l’interrogatoire. Il faut en effet différencier la sensibilisation de l’allergie. La sensibilisation correspond à la fabrication par un individu des anticorps de l’allergie à la suite de contacts avec cet allergène (IgE spécifiques d’un allergène donné). Ces IgE sont fixées sur les cellules impliquées dans la réaction allergique (les tests cutanés sont alors positifs pour l’allergène), elles circulent également dans le sang ( c’est pourquoi les IgE spécifiques sont dosables dans le sang). Après un nouveau contact avec l’allergène, l’individu peut ne pas présenter de manifestations cliniques, il est simplement sensibilisé. S’il présente des manifestations cliniques (rhinite, asthme, urticaire…) on parle alors d’allergie.

Les différentes significations d’un test d’allergie positif

Chez l’enfant, un test cutané ou sanguin positif pour un allergène a plusieurs significations. Il peut d’abord témoigner d’une authentique allergie à cet allergène : en présence de l’allergène l’enfant présente des réactions allergiques. Un test positif peut précéder le développement des signes d’allergie : un enfant a des tests positifs pour les pollens de graminées mais, lors de la saison des pollens, il n’a aucun signe, ce n’est que 10 ans plus tard que l’allergie aux pollens se manifeste. Enfin un test cutané ou sanguin positif pour un allergène peut n’être que le témoin d’un terrain atopique. Ceci est particulièrement fréquent pour les aliments : le petit enfant a des tests positifs pour un aliment, par exemple l’œuf, mais il n’a aucun problème en consommant cet aliment. Ce test positif témoigne d’un terrain allergique qui pourra s’exprimer plus tard. En grandissant l’enfant développe des allergies respiratoires, comme aux acariens ou aux animaux.

Mon enfant a des tests positifs à l’œuf mais il mange des œufs sans qu’il ait de réaction, va-t-il devenir allergique ?

Une simple sensibilisation alimentaire chez le nourrisson (tests cutanés et/ou biologiques positifs), sans manifestation clinique d’allergie alimentaire, est le témoin d’un terrain allergique. L’allergie, le plus souvent pour les pneumallergènes, s’exprimera quand l’enfant grandira. Le docteur Burr a suivi des nouveau-nés. À l’âge de 7 ans, l’eczéma est 4 fois plus fréquent quand les tests à l’œuf, au cours de la première année de vie, étaient positifs ; l’asthme est 2 fois plus fréquent. 51 % des nourrissons qui étaient sensibilisés à l’œuf ont un test positif aux acariens à l’âge de 7 ans. Une simple sensibilisation à l’œuf au cours de la première année de vie expose donc au développement d’autres manifestations allergiques à l’âge de 7 ans. Il est donc important de mettre en place une prévention pour éviter que d’autres allergies apparaissent.

 

Publié le 15 avril 2013 - Mis à jour le 15 avril 2013