Pollens-allergie

 

© Dr Claire LAUR, Dr Etienne BIDAT – AllergieNet

L’allergie aux pollens est très fréquente. Mais vous n’êtes pas allergique à tous les pollens, mais à un ou plusieurs d’entre eux seulement. L’allergie la plus fréquente est due au pollen de graminées, qui sont des mauvaises herbes.

 

Caractéristiques des pollens

La taille des grains de pollens varie de 10 à 200 µm. Le grain de pollen est un gamétophyte mâle.
La pollinisation est le transport du grain de pollen sur le stigmate de la fleur femelle. Du stigmate, le grain de pollen se dirige ensuite, à travers le tube pollinique de la fleur femelle, vers le sac embryonnaire contenant l’oosphère, qui est le gamète femelle, entraînant ainsi la fécondation.
Les courants de convection aériens permettent à certains pollens d’atteindre une altitude élevée et de se déplacer sur de longues distances. La densité maximale de pollen se situe le jour. La nuit, les courants de convection diminuent et les grains de pollen sédimentent en fonction de leur vélocité. Lorsque le degré de vélocité d’un grain est inférieur à 2 cm par seconde, il retombe progressivement.
Les pollens qui sont impliqués dans les maladies allergiques sont en majorité anémophiles (transportés par l’air). Les autres sont entomophiles (transportés par insectes). Ils viennent parfois de plantes à pollinisation mixte, comme le saule ou plus rarement d’une libération mécanique produite par l’homme.
Les facteurs d’allergénicité sont le nombre et la taille des grains, les caractéristiques de leur surface (lisse ou collante), leur degré de flottaison dans l’air, les taux variables de protéines et d’allergènes

Les réactions croisées

Il existe des réactions croisées entre différentes plantes. Un allergique à un végétal risque également de réagir aux plantes de la même famille. Les allergiques aux bétulacées ont souvent des allergies croisées avec certains aliments : la pomme, la noisette, l’amande, la pêche, la poire, la prune, la cerise, le céleri, le melon, l’arachide, le paprika, le piment, la coriandre (liste non exhaustive).

Les familles d’arbres

  • les bétulacées regroupent l’aulne, le noisetier, le bouleau, le charme,…
  • les fagacées regroupent le châtaignier, le chêne, le hêtre,…
  • les oléacées regroupent l’olivier, le frêne, le troëne,…
  • les cupressacées regroupent le cyprès, le genévrier,…
  • les salicacées regroupent le saule, le peuplier,…

Les familles d’herbacées

Parmi les herbes, il existe de nombreuses familles :

  • les plantaginacées (plantain),
  • les urticacées (pariétaire),
  • les polygonacées (oseille),
  • les chénopodiacées (chénopode, amarante),
  • les composées (armoise, ambroisie, pissenlit, paquerette, marguerite, génépi, absinthe, arnica, aster, verge d’or, chrysanthème),
  • les graminées fourragères (dactyle, phléole, ivraie, paturin des prés, flouve, etc.).

La pollinisation : les périodes à risque

Ce calendrier n’est donné qu’à titre indicatif. En effet, les périodes de pollinisation varient suivant les années (printemps plus précoce, ou au contraire tardif), les régions (plus précoce dans le Sud de la France que dans le Nord, en plaine qu’en montagne). Il existe, disséminés sur tout le territoire métropolitain français, des capteurs de pollen qui recueillent les pollens anémophiles, les identifient et en réalisent un comptage. Les résultats sont communiqués aux médecins, leur permettant ainsi de relier certains symptômes de leurs patients à un pollen particulier, ou bien de prévenir ceux qui sont déjà identifiés comme allergiques.

Pour connaître le calendrier pollinique Français il faut consulter le site du Réseau National de Surveillance Aérobiologique, si vous voyager en Amérique du Nord rendez-vous sur le site de l’Académie Américaine d’Allergie. Si vous voulez tout savoir sur les pollens et leur recueil voir l’excellent site du chasseur de pollens, Michel Verollet (voir liens).

 

Publié le 15 avril 2013 - Mis à jour le 15 avril 2013