patch tests contre les allergies alimentaires

 

Etienne Bidat.
maj le 28 septembre 2017

Tous les jours vous nous interrogez sur un traitement de l’allergie à l’arachide  : «vous savez bien docteur, la patch qui guérit l’allergie à l’arachide».

Une start-up française fait en effet une campagne de presse intensive dans des publications à destination du grand public sur une technique en cours de développement : le patch. L’immunothérapie par voie épicutanée (EPIT) consiste à déposer l’allergène alimentaire sur la peau par un patch. L’épiderme n’étant pas vascularisé, les risques d’effets secondaires sont limités. La société espérait commercialiser d’ici 2016 ce patch pour lutter contre les allergies alimentaires à l’arachide, au lait de vache, mais aussi contre l’allergie aux acariens. En 2017 aucun de ces patch n’est commercialisé.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

L’idée d’utiliser la voie épicutanée n’est pas nouvelle,. Dans les années 60, des médecins français ont traité de façon empirique des patients en pratiquant des scarifications de la peau pour y introduire un allergène (petite incision superficielle de la peau), principalement des pollens. Au dire des patients et des médecins pratiquant cette technique, elle était efficace. Cette technique a été abandonnée, car elle était difficile d’exécution (plusieurs centimètres d’incision étaient nécessaires, formant un véritable quadrillage du bras) et d’autres techniques ayant prouvé scientifiquement leur efficacité sont apparues. Cette technique de scarification était empirique et n’avait jamais bénéficié d’études scientifiques rigoureuses; elle a été abandonnée.

A partir des années 2000 l’équipe Suisse de Mme Senti travaille de son côté sur un patch anti-pollen avec résultats scientifiques intéressants et prometteurs; les premières études montrant l’efficacité clinique viennent de paraitre. Peu après une start-up française débute des travaux sur le patch thérapeutique au lait puis à l’arachide. Les premiers travaux chez la souris sont très intéressants, mais les enfants ne sont pas des souris. On attend une confirmation chez l’homme. Il y a bien eu un travail préliminaire chez l’enfant pour le patch au lait de vache, avec des résultats encourageants, mais ce travail demande à être confirmé. Il n’est pas exceptionnel que des premiers travaux menés dans l’enthousiasme ne soient pas confirmés par des études rigoureuses.

Une publication récente
Dans la seule étude de phase II disponible, les résultats sont intéressants. Dans cette étude multicentrique, en double aveugle, randomisée et contrôlée par placebo, 74 participants ayant une allergie aux arachides (âgés de 4 à 25 ans) ont été traités par placebo (n = 25), Viaskin® Peanut 100 μg (VP100 ; n = 24) ou Viaskin® Peanut 250 μg (VP250 ; n = 25). Le critère principal est le succès du traitement après 52 semaines, défini par la tolérance de 5044 mg de protéines d’arachide ou une augmentation de 10 fois ou plus de la dose consommée avec succès entre le début de l’ITSL et la semaine 52. À la semaine 52, cet a été atteint chez 3 (12%) participants traités par placebo, 11 (46%) Viaskin® Peanut 100 μg et 12 (48%) Viaskin® Peanut 250 μg (P = 0,005 et P = 0,003, respectivement, par rapport au Placebo; VP100 vs VP250, P = 0,48). La variation médiane des doses consommées avec succès était de 0, 43 et 130 mg de protéines d’arachide dans les groupes placebo, VP100 et VP250, respectivement (placebo vs VP100, P = 0,014; placebo vs VP250, P = 0,003). Le succès du traitement était plus élevé chez les enfants plus jeunes (P = 0,03, âge, 4-11 vs> 11 ans). Des réactions, principalement locales légères ont été observées dans 14,4% des doses de placebo et 79,8% des doses de VP100 et VP250. Des augmentations des taux d’IgG4 spécifiques aux arachide et du rapport IgG4/IgE ont été observées chez les participants traités par l’EPIT à l’arachide, ainsi qu’une tendances vers une diminution de l’activation des basophiles et des cytokines TH2 spécifiques à l’arachide. Pour les auteurs l’EPIT aux arachides est sûre et est associée à une modeste réponse au traitement après 52 semaines, avec des réponses les plus élevées chez les enfants plus jeunes. Ceci, couplé à un taux d’adhérence et de suivi du traitement élevé, et à des changements significatifs dans les voies immunitaires, permet de poursuivre l’étude de cette nouvelle thérapie (3). L’EPIT pourrait peut être, comme pour l’IT voie sub linguale, être un premier palier chez les allergiques très réactifs, avant d’envisager une ITO.

Alors docteur !

La communauté allergologique suit avec intérêt la progression des travaux sur les patchs thérapeutiques aux pollens, aux aliments, et à tout autre allergène. A ce jour ( septembre 2017) les premiers résultats pour l’arachide sont encourageants, mais un peu décevant. Ce traitement  est plus efficace chez les enfants les plus jeunes.

La communication intensive de la start-up auprès du grand public a peut-être créé des espoirs qui ne seront pas confirmés.

Bonne nouvelle pour les allergiques alimentaires

De nombreuses recherches sont menées dans le monde pour traiter les allergiques alimentaires. Certaines sont déjà utilisées dans les centres spécialisés en allergie alimentaire, d’autres sont en cours de développement.
Dès aujourd’hui le régime strict, extensif, n’est qu’exceptionnellement nécessaire. Des interventions thérapeutiques pour faciliter la tolérance de petites doses d’allergènes, voir obtenir une guérison pour un aliment sont pratiquées tous les jours par les équipes spécialisées.
Demain tous les allergiques alimentaires bénéficieront de mesures thérapeutiques qui permettront d’améliorer leur qualité de vie, voire de les guérir.

Références : (Medline abstracts)

  1. Senti G, von Moos S, Tay F, Graf N, Sonderegger T, Johansen P, Kündig TM. Epicutaneous allergen-specific immunotherapy ameliorates grass pollen-induced rhinoconjunctivitis: A double-blind, placebo-controlled dose escalation study. J Allergy Clin Immunol. 2012 Jan;129(1):128-35.
  2. Senti G, von Moos S, Kündig TM. Epicutaneous allergen administration: is this the future of allergen-specific immunotherapy? Allergy. 2011 Jun;66(6):798-809.
  3. Jones SM, Sicherer SH, Burks AW, Leung DY, Lindblad RW, Dawson P, Henning AK, Berin MC, Chiang D, Vickery BP, Pesek RD, Cho CB, Davidson WF, Plaut M, Sampson HA, Wood RA ; Consortium of Food Allergy Research. Epicutaneous immunotherapy for the treatment of peanut allergy in children and young adults. J Allergy Clin Immunol. 2017;139:1242-52.

 

Publié le 15 avril 2013 - Mis à jour le 5 octobre 2017