Etiquetage et allergie alimentaire, comprendre

 

Etienne Bidat, Corine Tressol

mise à jour 5 novembre 2015

L’allergie alimentaire complique les achats. Le consommateur allergique est tenu de lire attentivement les étiquettes. La législation sur l’étiquetage des denrées préemballées au niveau de la Communauté Européenne facilite néanmoins sa tâche.

L’étiquetage
La réglementation Européenne  facilite la vie des allergiques alimentaires, du moins pour ceux qui sont allergiques  aux allergènes  dits «notoires ». Les allergènes « notoires » doivent apparaîtrent dans la liste des ingrédients. Ces aliments ont été choisis car Il s’agit des substances causant «des réactions sévères, fréquentes et prouvées». Cette liste évolue avec l’apparition de nouvelles allergies alimentaires. Quelque soit la quantité introduite dans une préparation, l’aliment doit apparaître dans  la liste des ingrédients. Cela ne veut pas dire que les aliments qui ne sont pas considérés comme des « allergènes notoires » ne figureront pas dans la liste des ingrédients. Il existe pour ces aliments des dérogations s’ils entrent dans la composition d’un aliment complexe. Dans la liste des ingrédients, l’ordre d’apparition des aliments est fonction de la quantité introduite. Plus l’aliment est en tête de liste, plus le produit fini en contient. Si la cacahouète figure en deuxième position de la liste l’aliment contient des quantités importantes d’arachide. Si l’arachide figure en fin de liste le produit final contient des quantités probablement infimes d’arachide.

 

Listes des 14 aliments à étiquetage obligatoire :
Céréales contenant du gluten (blé, seigle, orge, avoine, épeautre, Kamut) et produits à base de ces céréales
Crustacés et produits à base de crustacés
Oeufs et produits à base d’œufs
Poissons et produits à base de poissons
Arachides et produits à base d’arachide
Soja et produits à base de soja
Laits et produits laitiers (y compris lactose)
Fruits à coque (amande, noisette, noix, noix de cajou, noix du Brésil, noix de Macadamia et noix du Queensland, et produits à base de ces fruits)
Céleri et produits à base de céleri
Moutarde et produits à base de moutarde
Graines de sésame et produits à base de graines de sésame
Anhydride sulfureux et sulfites > 10 mg/kg (ou 10 mg/l) en SO2
Mollusques et produits à base de mollusques
Lupin et produits à base de lupin

 

Laits et produits laitiers
Le lait et les produits à base de lait sont d’étiquetage obligatoire. Leur mention doit figurer dans la liste des ingrédients (directive européenne 2003/89/CE).
Le plus souvent les termes lait, beurre, fromage, crème figurent dans la liste des ingrédients. Le consommateur étant censé ne pas ignorer que la crème contient du lait.

 

L’étiquetage dit préventif… les industriels se protègent ?
Certains industriels mentionnent le risque de présence fortuite de certains allergènes dans leurs produits. Il suffit que dans une usine soient introduites des cacahuètes pour que tous les aliments issus de cette usine portent la mention de « traces d’arachide », « peut contenir de l’arachide », ou plus simplement encore que le terme arachide apparaisse à la fin de la liste des ingrédients. Les industriels couvrent leur responsabilité. Des études récentes montrent que des quantités infimes d’allergènes sont retrouvées dans certains aliments en présence ou en l’absence de cet étiquetage préventif. Les allergiques aux fruits à coque et spécialement à la noisette doivent être prudents avec les chocolats où figurent un étiquetage préventif, la décontamination d’une chaine de fabrication de chocolat est difficile.

 

La restauration et vente à emporter
Depuis le 1er juillet 2015, tous les métiers de bouche ont l’obligation d’indiquer à proximité immédiate des denrées alimentaires qu’ils vendent, la présence des 14 allergènes à déclaration obligatoire. Les restaurateurs devront indiquer la présence d’allergènes par écrit. Les boulangers, charcutiers, les traiteurs doivent l’indiquer sur leur catalogue. Cette mesure s’adresse également à la vente à emporter (type camion pizza, kebab), aux denrées proposées par les petits producteurs sur les marchés, etc.

L’afpral  nous donnent les informations sur l’étiquetage des allergènes dans les restaurants, les boulangeries, les cantines, les traiteurs … applicable au 1 juillet 2015

http://allergies.afpral.fr/actualites/156-le-1er-juillet-les-allergenes-inscrits-pour-le-non-preemballe

Publié le 15 avril 2013 - Mis à jour le 5 novembre 2015