Eczéma

 

© Dr Hubert S. Varonier, Corresponding Fellow AAAAI Société Suisse d’Aérobiologie

Aspects médicaux de la dermatite atopique

Différentes manifestations de la dermatite atopique

Durant la première année de vie, les lésions eczémateuses apparaissent surtout sur le visage et le cuir chevelu. Plus tard, apparaissent les localisations typiques observées chez l’adulte au niveau des plis de flexion des membres (coudes – poignets – mains – creux des genoux – chevilles). Parfois la peau réagit dans son ensemble par une dermatite atopique généralisée. Les lésions cutanées peuvent être présentes sous forme de papules souvent rougeâtres, avec formation de vésicules. Les plis sont grossiers, la peau s’épaissit et reste très sèche (xérose) dans les cas chroniques. Une démangeaison intermittente et souvent très forte est typique de la dermatite atopique avec son corollaire d’un important grattage. Ce dernier peut apporter un soulagement temporaire, mais il entraîne rapidement des lésions cutanées qui se surinfectent très souvent. Des ongles lisses et brillants sont un indice de fréquents grattages

Causes

Un contact avec certains allergènes (acariens – pollens – poils d’animaux – aliments) peut aggraver la situation cutanée. Ces sensibilisations doivent être vérifiées par des tests d’allergie et divers tests de provocation alimentaire. Les corrélations entre des symptômes et le résultat des tests d’allergie ne sont cependant pas toujours très claires et la responsabilité directe d’un contact allergénique est moins souvent mise en évidence que dans le cas d’un asthme ou d’un rhume des foins. Une colonisation bactérienne est presque toujours présente (staphylocoques) et peut ainsi entretenir l’inflammation. Lorsqu’une sensibilisation est prouvée, des mesures d’éviction sont indiquées et doivent être rigoureuses.

Complications

A la suite du grattage, la peau peut rapidement se surinfecter, avec l’apparition de bulles purulentes et de croûtes. Chez un eczémateux, on redoute particulièrement les infections virales, telles que la varicelle, la variole et l’herpès. Lorsqu’une corticothérapie par voie générale est en cours, ces infections à virus peuvent avoir une évolution maligne.

Pronostic

La majorité (jusqu’à 80%) des enfants eczémateux voient leurs lésions cutanées disparaître durant la première décennie. Pour les autres, leur maladie de peau peut encore durer plusieurs dizaines d’années. Plus les lésions sont étendues pendant le premier âge, plus la durée et la sévérité de la dermatite atopique seront fortes. L’hérédité familiale atopique (rhume des foins – eczéma) est un facteur défavorable.

n’hésitez pas à utiliser les traitements de la dermatite atopique, ils sont efficaces et employés à bon escient ils sont bien tolérés.

 

 

Publié le 15 avril 2013 - Mis à jour le 15 avril 2013