Allergies croisées

Les allergies croisées

Etienne BIDAT

Les allergies croisées étonnent. Vous présentez une rhinite survenant chaque année en mars avril, ce qui évoque en région parisienne une allergie aux pollens de bouleaux. Vous êtes aussi  gêné en croquant des pommes. Pour l’allergologue ceci est simple, c’est  une réaction croisée entre une protéine des  pollens de bouleaux le BetV1 de la famille des PR10 et une protéine des pommes le Mald1 de la même famille des PR10.

Les allergies croisées, qu’est ce que c’est ?

L’allergie croisée, c’est une réaction vis à vis d’allergènes différents, sans qu’il y ait eu un contact préalable avec chacun de ces allergènes.

Les allergies croisées facilement compréhensibles

Certaines allergies croisées sont facilement compréhensibles quand les espèces sont proches.

Il n’est pas étonnant qu’un allergique à un pollen de graminées,  réagisse aux autres pollens de graminées dans 100% des cas.

Par contre un allergique à une espèce de poisson, ne réagira  aux autres espèces de poissons que dans environ 50 % des cas.

Un allergique à l’arachide, aliment qui appartient à la famille des légumineuses,  ne réagira à une ou plusieurs autres légumineuses comme pois, soja, fèves, haricots, lentilles, lupin que dans 5 % des cas.

Ces allergies croisées sont facilement compréhensibles, les espèces sont proches

Les allergies croisées surprenantes

À côté de ces allergies croisées aisément explicables par la proximité d’origine des allergènes, il existe des allergies croisées plus surprenantes où les allergènes sont issus de sources très différentes.

Ces allergies croisées plus surprenantes étaient peu connues, il y a 30 ans.

Ce sont les allergies croisées entre :

  • les allergènes que l’on respire ou pneumallergènes  et les aliments ou trophallergènes
  • les aliments et le latex

Les allergies croisées entre pollens et aliments

Dans le nord de la France 70 % des personnes allergiques aux pollens de la famille des bétulacées (bouleau, aulne noisetier) sont aussi allergiques à certains  fruits et légumes. Le signe le plus fréquent est le syndrome oral avec un prurit des lèvres et de la bouche, un oedème labial, une sensation de picotement vélo-palatin dès l’ingestion du fruit ou du légume cru. Les signes disparaissent si l’aliment est cuit : croquer la pomme est gênant, mais la compote de pomme est appréciée. Le plus souvent, les signes de la pollinose comme la conjonctivite et la rhinite précèdent ceux de l’allergie alimentaire, mais actuellement on observe de plus en plus souvent, surtout  chez l’enfant, des signes alimentaires qui précèdent les signes respiratoires. Cette allergie croisée entre pollen de bétulacées et aliment est liée à une réaction à une protéine commune de la famille des PR10 : Betv1 pour le bouleaux, et par exemple PruP1 pour la pêche, Cora1 pour la noisette, Api g1 pour le céleri.

Dans le sud de la France on est plus souvent confronté à des réactions croisées entre pollens de composées, comme armoise, ambroisie et l’allergie au céleri, ou entre l’allergie au cyprès et l’allergie à la pêche. On retrouve les mêmes signes que dans l’allergie croisée bouleau-fruits, mais les symptômes sont parfois plus sévères. Ce peut être une conjonctivite, une rhinite, un asthme, un oedème laryngé, voire une anaphylaxie.

Les allergies croisées acariens et crustacées crevettes

Il existe parfois des réactions croisées chez les allergiques aux  acariens lors de la prise d’escargots ou de crevettes. Chez les patients sensibilisés aux acariens 8 à 17% sont aussi sensibilisés  aux escargots ; fort heureusement tous ne réagissent pas cliniquement lors de l’ingestion d’escargots, la sensibilisation croisée ne s’exprime pas toujours. Cette sensibilisation ou allergie croisée est liée à une réaction à une protéine commune de la famille des tropomyosines : Der p 10 pour les acariens, Pen a 1 pour les crevettes.

Les allergies croisées aliments latex

La liste des réactions croisées entre les aliments et latex s’allonge périodiquement. Les aliments les plus fréquents sont la banane, l’avocat, le kiwi et la châtaigne.

La connaissance des allergies croisées est  plus qu’une simple curiosité.

La connaissance des réactions croisées pollens-aliments peut renforcer une suspicion d’allergie à un pneumallergène

Par exemple un enfant présente une rhinito-conjonctivite qui prédomine en région parisienne en avril, ce qui évoque une allergie aux pollens de bouleaux. La découverte  d’un dégoût et d’un refus des carottes crues, avec tolérance des carottes cuites, renforce la suspicion d’allergie aux pollens de bouleaux.

La connaissance des réactions croisées entre différents pollens expliquent des tests positifs

Un patient présente des manifestions allergiques lors de la saison de plusieurs familles de pollens. La mise en évidence de tests cutanés positifs pour toutes les familles de pollens ne signifie pas obligatoirement une allergie à tous les pollens. Une réaction croisée aux profilines l’explique. Le complément d’enquête allergologique précisera les pollens en cause.

La connaissance des allergies croisées permet de prévenir des accidents

La découverte d’une allergie alimentaire pour un aliment qui peut présenter les réactions croisées avec le latex impose de rechercher une allergie avec le latex. Si l’allergie au latex est confirmée il faut prévenir les patients que toute intervention chirurgicale doit se dérouler dans une « atmosphère sans latex ».

Il faut bien différencier allergie et sensibilisation croisée

La positivité de tests cutanés ou sanguins pour des substances pouvant entrainer des réactions croisées n’implique pas obligatoirement qu’il se produira une réaction allergique. Pour la réaction croisée bouleau-pomme, l’allergie croisée est deux à trois fois moins fréquente que la sensibilisation. C’est-à-dire que les tests sont souvent positifs pour les bouleaux et la pomme, mais le patient ne réagit qu’aux pollens de bouleaux sans réagir à la pomme. Des tests positifs pour des substances pouvant entrainer des réactions croisées orientent, mais ils doivent conduire à un complément d’exploration allergologique afin de prescrire un régime le moins restrictif possible.

Les allergies croisées étonnent, mais leur connaissance est pour l’allergologue une aide en pratique quotidienne .

 

 

Publié le avril 15, 2013 - Mis à jour le avril 15, 2013