Allergènes principaux chez l’enfant

 

L’allergologie paraît complexe car il existe de nombreux allergènes possibles. Cette complexité n’est qu’apparente, quelques familles d’allergènes sont à l’origine de la plupart des maladies allergiques de l’enfant.

 

Le « top ten » des allergènes chez l’enfant, les résultats d’une étude

Il y a quelques années, une étude examinait les résultats de tests effectués systématiquement chez l’enfant asthmatique de plus de 5 ans. Le « top ten » de cette étude était dans l’ordre : les deux principales familles d’acariens de la poussière de maison (dermatophagoides ptéronussinus et dermatophagoides farinae), les pollens de graminées (dactyle, phéole, ivraie), le chat, les blattes ou cafards, les pollens de bétulacées (aulne, bouleau, charme, noisetier), le blé, deux moisissures de l’air (alternaria, cladosporium) et les poils de lapin. Les tests positifs pour les animaux autres que le chat et les aliments arrivaient loin après ces « vainqueurs ». L’allergie alimentaire est de plus en plus fréquente, mais elle reste moins importante que l’allergie aux acariens qui est devenu un véritable problème de santé publique. Il faut rappeler que 60 à 80 % des enfants asthmatiques sont sensibles aux acariens de la poussière de maison. L’asthme touche, en fonction des tranches d’âge, 11 à 14 % des enfants et adolescents français. En France, 7 à 9 % des enfants sont allergiques aux acariens !

Des résultats parfois surprenants

Dans cette même étude, on est étonné de trouver peu de tests positifs pour le chien, car cette allergie n’est pas exceptionnelle. Ce phénomène s’explique techniquement. Les extraits d’allergènes utilisés lors des tests aux chiens sont fabriqués par des laboratoires. Le produit utilisé pour le test ne couvrait pas toutes les espèces de chiens. La présence dans le classement du blé ne veut pas dire que les enfants réagissent à la consommation de blé. Ce test positif est essentiellement dû à une réaction croisée avec les pollens.

D’autres allergènes bien réels, mais plus rares

Bien évidemment ces 10 allergènes, les plus fréquents chez l’enfant, ne résument pas toute l’allergologie chez l’enfant. L’étude s’intéressait aux enfants dont la manifestation dominante était de l’asthme. Une étude identique menée chez des enfants présentant de l’eczéma aurait retrouvé plus d’allergènes alimentaires. Les autres allergènes rencontrés sont moins fréquents. La modification du mode de vie entraîne une apparition de nouvelles allergies, notamment aux animaux domestiques. L’allergie aux insectes et tout particulièrement aux hyménoptères est peu courante chez l’enfant et est exceptionnellement responsable de signes respiratoires. L’allergie aux médicaments est une réalité mais elle est beaucoup plus rare qu’on ne le pense chez l’enfant.

Attention à la mode

Certaines allergies sont mises en avant dans les médias : l’allergie au ficus, au latex, au sésame… Il en ressort l’impression que ces allergies sont banales. Ces allergies sont bien réelles, mais elles sont beaucoup plus rares que les allergies habituelles. Par exemple l’allergie au sésame chez l’enfant est 33 fois moins fréquente que l’allergie à la cacahuète.

 

Publié le 15 avril 2013 - Mis à jour le 15 avril 2013